Action à Ouistreham sur la crise humanitaire en méditerranée

En 2014, ce sont plus de 3600 migrants qui sont morts en méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe.
Depuis Janvier 2015, ils sont déjà plus de 1600. Les Jeunes Socialistes souhaitent un revirement de politique d’immigration européenne, et notamment une redéfinition des prérogatives de Frontex. Cette politique de refoulement aux frontières et de méthodes paramilitaires a prouvé son échec. Il est grand temps de changer de trajectoire.

Migr1

Action à Ouistreham pour sensibiliser les citoyens au drame humanitaire en Méditerranée (9 Mai 2015)

Les Jeunes Socialistes encouragent notamment une politique sensiblement proche de l’opération Mare nostrum : à la fois une politique humaniste de secours des migrants et de rapatriement de ceux-ci en Sicile et une politique de condamnation des passeurs et de démantèlement des réseaux. L’Union européenne ne peut nier les difficultés auxquelles sont confrontés des pays comme Malte, l’Italie, Chypre, etc. Comme Amnesty International, nous demandons une opération plus importante que Mare nostrum, incluant la participation des 28 États de l’Union européenne.

De même, les Jeunes Socialistes dénoncent l’absence de possibilité de recours face aux actions perpétrées par Frontex, et l’absence de contrôle juridique extérieur, et de légitimité démocratique a priori, qui placent Frontex en contradiction directe avec les principes édictés par la Charte des Droits Fondamentaux. Dès lors, nous soutenons la mise en place d’un mécanisme de dépôt et de traitement de plaintes, qui permettrait à tous les migrants et victimes d’engager la responsabilité de l’agence et de l’Union européenne face leurs manquements.

migr2

Campagne Vrai/Faux de l’immigration | Lucie Salley dialogue avec des citoyens à Ouistreham (9 Mai 2015)

Un contrôle extérieur du respect des Droits de l’Homme apparaît fondamental, mécanisme rendu possible par une adhésion de l’Union européenne à la Convention européenne des Droits de l’Homme et qui permettrait l’engagement par les particuliers de Frontex et de l’Union européenne devant la Cour européenne des Droits de l’Homme pour ses violations de droits fondamentaux.
De même, les Jeunes Socialistes revendiquent une possibilité de contrôle par le vote au Parlement européen sur les opérations d’ampleur mises en place par Frontex.

Aidez nous à diffuser nos idées, partagez ce post:

Fichage illégal des enfants à Béziers : comme une impression de déjà vu…

Les Jeunes Socialistes sont écœurés par Robert Ménard qui reconnaît avoir comptabilisé classe par classe les « enfants musulmans » dans les écoles de sa ville, en fonction de leur prénom pour démontrer la prétendue menace qu’ils représenteraient pour sa ville.

Robert Ménard, élu avec le soutien du Front national à Béziers renoue ainsi avec une pratique que l’on croyait révolue.Les Jeunes Socialistes rappellent que par le passé, des enfants furent fichés, stigmatisés, séparés, déportés puis exterminés parce qu’ils étaient juifs, Arméniens ou Tutsi.

En disant que « les prénoms disent les confessions », Robert Ménard ouvre les vannes d’un racisme décomplexé, une vision essentialisée de la société et des amalgames les plus insupportables.

Cette démarche étant contraire à la loi, les Jeunes Socialistes demandent qu’une enquête soit ouverte immédiatement et une condamnation ferme du Maire de Béziers et de ses pratiques.

Aidez nous à diffuser nos idées, partagez ce post:

Interview de campagne 3/4 : Clémentine Le Marrec, ancienne Animatrice Fédérale du MJS 14, candidate à Ouistreham

  • Ton engagement en quelques mots …. clem

J’ai rejoint le Mouvement des Jeunes Socialistes en 2009, organisation avec laquelle j’ai mené de nombreux combats (contre l’autonomie des universités, contre la réforme des retraites, etc) ; et où j’ai pu confronter mes idées, débattre et faire avancer ma vision sur bien des sujets !
En 2012 j’ai été candidate aux législatives, forte de la désignation des militants PS, j’ai pu montrer que les jeunes étaient aussi à l’aise dans les cages d’escalier que dans les débats d’idées. Aujourd’hui je suis fière que la parité et le renouvellement soient le mot d’ordre de ces élections départementales.

  • Comment vas-tu convaincre pendant la campagne ? 

Après avoir rencontré les équipes municipales début janvier, nous allons chaque soir avec mes colistiers rencontrer les habitants du canton en porte à porte. Militante et femme de terrain avant tout, je suis persuadée que nous devons être toujours plus proches et à l’écoute des gens pour qui nous nous engageons.
Plus que de les convaincre, nous essayons de les intéresser à cette élection et à l’importance de choisir des candidats qui défendront les missions premières du département : l’action sociale et la solidarité.

  • Quelle proposition concrète veux-tu mettre en œuvre dans ton département ? 

Les jeunes socialistes du Calvados proposent depuis des années de mettre en place un tarif de transport unique à 2€, et aujourd’hui cette proposition a été reprise dans le programme départemental. Avec les 4 candidats jeunes socialistes du département nous pousserons pour qu’elle devienne réalité.

  • Ton département dans 6 ans ? 

A Gauche je l’espère ! Solidaire, avec une politique de maintien à domicile et d’insertion forte. Dynamique, avec la mise en place des circuits courts dans les cantines de nos collèges et la mise en valeur de notre littoral. Vert, avec le ticket de transport unique à 2€ et le développement des pistes cyclables. Moderne, avec des élus plus disponibles et proches de vous !

Aidez nous à diffuser nos idées, partagez ce post:

Interview de campagne 2/4 : Jorma Accard, ancien Animateur Fédéral du MJS 14, candidat sur Caen 1

  • Ton engagement en quelques mots…

J’ai rejoint en 2007 le Mouvement des Jeunes Socialistes, après avoir participé au mouvement contre le CPE et dans la perspective de l’élection présidentielle.  Je voulais porter plus haut la parole des jeunes et défendre les valeurs de justice, de progrès social et écologique. Je suis toujours un militant des Jeunes socialistes après avoir été Animateur fédéral du Calvados et Coordinateur régional de Basse-Normandie.
Aujourd’hui je suis vélotypiste, salarié d’une entreprise de sous-titrage pour les sourds et malentendants.

  • Comment vas-tu convaincre pendant la campagne ?

Cette élection appelle à une campagne de proximité. Le département, c’est la collectivité qui agit concrètement sur la vie quotidienne, du bas âge à l’accompagnement de nos aînés. Avec ma cotitulaire, Martine Denis, nous mettons en avant le renouvellement et le non-cumul des mandats et fonctions. Ni elle ni moi n’avons été élus auparavant et nous nous engageons à être conseillers départementaux à « 100% », ce qui doit nous permettre de conserver à côté une activité professionnelle, même à temps partiel, pour ne jamais être déconnectés de la vie de nos concitoyens.

  •  Quelle proposition concrète veux-tu mettre en oeuvre dans ton département ?

Une des priorités doit être la jeunesse. C’est pourquoi nous proposons la création d’un « Pass jeunes », qui doit permettre à tous les collégiens, via un accompagnement financier, d’accéder plus facilement à la culture, au sport et aux loisirs en général. Pour compléter, nous proposons également la création d’un ticket à 2 euros pour les bus interurbains, quelle que soit la longueur du trajet, pour faciliter la mobilité de toutes et tous.

  • Ton département dans 6 ans ?

Mon département, dans 6 ans, je le vois plus solidaire, innovant et lisible. Solidaire parce qu’il doit mieux faire le lien entre les générations, ne laisser personne au bord du chemin. Innovant il doit l’être justement dans l’accompagnement des personnes, les plus jeunes comme les plus âgées, celles en situation de handicap ou de grande précarité mais également dans des modes de transport partagés et plus propres par exemple. Enfin il doit être plus lisible, c’est pourquoi nous nous engageons à faire des comptes rendus annuels du mandat qui nous aura été confié ; avec Martine, nous tiendrons une permanence mensuelle dans chaque commune qui compose notre canton. Redonner confiance en nos élus, cela passe par nous, élus de terrain, qui devons être, comme le dit notre slogan, « Plus proches de vous ».

Aidez nous à diffuser nos idées, partagez ce post:

Interview de campagne 1/4 : Lucie Salley, Secrétaire Générale du MJS Calvados, candidate sur Caen 2

  • Ton engagement en quelques mots…lucie

Je me suis d’abord engagée dans l’association des étudiants infirmiers de Caen. Puis en 2011, je cherchais un moyen de rencontrer d’autres jeunes issus d’autres horizons et participer au présidentielles 2012 pour faire gagner la gauche. Mon engagement auprès des Jeunes Socialistes a été le moyen d’allier ces deux objectifs et c’est d’ailleurs la seule organisation de jeunesse que j’avais rencontré dans la rue. Ça m’a plu. Depuis, je suis devenue Secrétaire Générale des Jeunes Socialistes du Calvados mais aussi jeune active infirmière en CHU. J’essaie, par mes engagements politiques, associatifs et professionnels de mener cette bataille culturelle qui est de convaincre du « vivre ensemble » par la solidarité, la justice sociale et l’égalité pour tous.

  • Comment vas-tu convaincre pendant la campagne ?

Je pense que c’est sur le terrain et en rencontrant les gens que l’on peut convaincre.
Depuis début janvier, nous faisons du porte à porte tous les soirs pour écouter les habitants et présenter notre candidature pour ces élections. Nous allons aussi à la rencontre des acteurs associatifs, sportifs et culturels des quartiers et communes du canton car c’est eux qui permettent de garder la cohésion sociale dans les quartiers.

  • Quelle proposition concrète veux-tu mettre en œuvre dans ton département ?

Pour moi, la solidarité ne peut exister sans lien entre les générations. L’inter-générationnel est ce qui va permettre d’accompagner les citoyens à chaque étape de leur vie.
Voici donc deux propositions parmi notre projet qui porte cette idée :
– Favoriser l’accès à la culture et au sport des collégiens par le biais d’un « Pass Jeunesse 14 »
– Privilégier enfin la création de maison de retraite à un tarif d’hébergement accessible.

  • Ton département dans 6 ans ?

J’imagine un Calvados plus solidaire, qui met ses services au cœur des quartiers avec des élus plus proche d’eux. Mais surtout un département qui permette d’accompagner chaque personne à chaque étape de sa vie où chaque nouveau-né aurait une place en crèche, où chaque collégien pourrait accéder au numérique, où des jeunes pourrait bénéficier des emplois d’avenir et où l’on permettrait à chacun de nos aînés de rester le plus longtemps à domicile.

Aidez nous à diffuser nos idées, partagez ce post: